Friday, September 2, 2011

Il a dompté la pluie et le froid; Entrevue avec Antoine Matteau, nouveau champion du Québec sur route

Antoine Matteau, nouveau champion du Québec sur route 















Dimanche dernier, dans des conditions météorologiques typiques du début de la saison des ouragans, le trifluvien Antoine Matteau (Gaspésien/Passion Vélo) s’est imposé au terme d’une course difficile et très ouverte. Le nouveau champion du Québec sur route chez les Élites a accepté de répondre à nos questions à propos de sa course et de sa saison.

Les Mardis Cyclistes : Bravo Antoine pour ta victoire, on peut dire que tu ne l’as pas volée.
Antoine Matteau : Avec Irène qui passait sur la région cette journée-là, c’est certain que les conditions étaient difficiles pour une course de vélo. Mais le froid et la pluie ne m’affectent pas trop : en fait, on dirait que plus il y en a, plus ça me va, ça me favorise.

LMC :  Guy Lépine, l’organisateur du championnat, avait mentionné que le parcours allait être sélectif et qu’il convenait aux bons rouleurs. Comment as-tu trouvé le parcours?
AM : je l’ai bien aimé, à un petit passage près le revêtement était parfait, c’est rare. Il y avait beaucoup de longues côtes et ce genre de bosse me convient bien. C’était un parcours difficile et, en bout de ligne, je dirais que c’était un vrai parcours de championnat.

LMC : Comment s’est passée la course? Quels sont les moments qui ont été importants dans ta course?
AM : Rapidement Rémi Pelletier-Roy et son co-équipier Miguel Agreda Rojas de chez Garneau-Club Chaussures étaient au départ identifiés comme favoris. Ils ont d’ailleurs démarré très fort. Avec seulement 10 km de fait en course j’ai contré avec un coureur de Dedacciai/HYPE-ski vélo. C’était le début de la journée. On a creusé l’écart, vent de face. C’était dur, mais ça allait bien. Plus tard on a été rejoint et à 6 gars on a bien travaillé, du moins jusqu’aux ravitos. Dans le groupe j’ai été chanceux de compteur sur François Chabot, mon co-équipier chez Gaspésien /Passion Vélo. Avec lui la coopération a été vraiment excellente. On n’a pas eu à se négocier quoi que ce soit, on savait ce qu’on avait à faire : on a attaqué à tour de rôle.

LMC : La fin de la course a donné lieu à un jeu du chat et de la souris. Qu’en retiens-tu?

AM : Tout le monde avait participé dans le groupe et on disposait d’une bonne avance sur les autres. Alors avec un peu moins de 10 km à faire chacun s’est mis à penser à lui. L’écart a fondu rapidement par contre et à 5 km de la ligne on s’est remis à rouler : il le fallait si on voulait se rendre au bout. Je me sentais bien, rendu-là on dirait que plus rien nous touche, et j’ai attaqué à 2 km de l’arrivée. J’ai tenu le coup et j’ai gagné. Tout simplement! François termine 2e à 7 secondes. C’était une bonne course pour nous.


LMC : Compte tenu de ta forme et du résultat sur la route, regrettes-tu de ne pas avoir pris part au contre-la-montre?

AM : Non, pas de regret. J’ai tenu compte de mes qualités. Au contre-la-montre, même en ayant une super journée, je ne suis pas dans le top-3. Je ne voulais pas m’inscrire juste pour le fun.

LMC : En fonction de ta saison, ta victoire au championnat représente quoi pour toi?
AM : Elle est importante, dès le début de la saison j’y pensais. Bien que je n’aie pas remporté de victoire, j’ai eu une bonne année. Par exemple, j’ai bien marché en début de saison, comme à Battenkill. C’est un parcours vraiment difficile celui-là et j’ai terminé dans le top 20, même avec un peloton très relevé.
La saison est presque terminée, mais il y a encore de belles épreuves au programme. Je vais faire la Green Mountain Stage Race, du 2 au 5 septembre. Ensuite, à titre de champion du Québec, je suis invité à participer au Challenge Sprint de Québec, juste avant le Grand Prix de Québec. C’est une situation un peu drôle puisque je ne suis pas un sprinter, mais je suis assez curieux d’être sur la ligne avec tous les pros qui vont être là.
Si mes études à l’université me le permettent, ma dernière course de l’année sera le Univest Grand Prix en Pennsylvanie. Sauf erreur, c’est la dernière course UCI en Amérique, ce sera intéressant de profiter de ma forme et de voir ce que je peux faire.

LMC : À plus long terme, que représente ton titre de champion du Québec?

AM : C’est bon pour l’équipe, pour les commanditaires - Gaspésien/Passion Vélo- qui nous supportent. On devrait être encore plus solide l’année prochaine. Et puis pour moi, ça me donne confiance en mes moyens, en ma capacité à attaquer. On m’a souvent dit que je manquais de « gust ». J’ai vu à Ste-Agathe que je pouvais attaquer, que ça pouvait payer. C’est aussi l’fun de voir que tout le travail que j’ai fait à l’entrainement, sous la supervision de Pierre Hutsebaut du Peak Centre à Montréal, donne des bons résultats.


LMC : Merci Antoine pour ton temps. Bravo à nouveau pour ta victoire. Nous continuerons à te suivre durant la suite de ta saison en attendant de te revoir au printemps prochain.


Entrevue réalisée par Bruno Paradis  

0 comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.